INVESTIGATION : À L'OMBRE D'OUTREAU

Jean Songe


- Smartphones : orientez votre appareil à l'horizontale pour bénéficier d'un confort de lecture optimisé -


#Enquête #AffaireOutreau #Pédocriminalité #DossierInstruction #Tribunal #BoucÉmissaire #Failles #FiascoJudiciare


Voyage au bout de l’enfer (du Ch’Nord), ou

l'histoire du crocodile qui mange la grenouille


A l’ombre d’Outreau #Enquête #AffaireOutreau #Pédocriminalité #DossierInstruction #Tribunal #BoucÉmissaire #Failles #FiascoJudiciare Jean Songe



Introduction


« A moins d’avoir passé vos dernières années sur la banquise au sud du Groenland pour observer la fonte des glaciers ou à méditer dans un ashram du Tibet (…) Outreau est devenu un nom familier, immédiatement rattaché aux faits horribles qui s’étaient déroulés dans le quartier de la Tour-du-Renard (et probablement au-delà et en Belgique, peu après l’affaire Dutroux). Outreau était synonyme de réseau pédocriminel », nous rappelle Jean Songe, auteur d’une enquête « A l’ombre d’Outreau », vingt ans après. L’ex-journaliste, devenu écrivain, retrace le récit définitif de l’affaire ; ce qui signifie qu’il a des révélations à faire.


Or donc, vingt ans se sont écoulés depuis l’ouverture du procès de « l’affaire d’Outreau », à Saint-Omer, une des plus célèbres affaires pénales d’agressions sexuelles sur seize mineurs impliquant dix-sept adultes. Fait sans précédent, à l’issue du procès en appel qui a eu lieu à Paris, le président Jacques Chirac a présenté les « regrets et excuses » de l’État à douze de ces adultes longtemps incarcérés, finalement acquittés.


Illustration Tribunal Outreau

L’affaire d’Outreau a divisé l’opinion en deux camps irréconciliables, et mis le feu aux médias. La nuance a disparu du champ de vision. Sans rien éluder, le livre-enquête de Jean Songe, déjà auteur d’un reportage alarmiste sur le nucléaire (Calmann-Lévy) et sur la société Sodexo (la Gloutonne Don Quichotte/Seuil), s’appuie sur l’examen minutieux des 20 000 pages du dossier d’instruction, des dossiers périphériques, d’autres pièces, parfois inédites, et sur le récit détaillé, heure par heure, du procès. Il permet de comprendre enfin la complexité des faits, d’en rectifier certains, de déceler les incohérences et les failles de l’enquête, de mieux appréhender la souffrance des enfants victimes, mais aussi de mettre au jour nombre d’éléments jamais révélés auparavant. Il était temps.


Croquis juges procès Outreau
© Benoit Peyrucq

 

Sauf que tout le monde a l’air de s’en f… ou presque (c’est du passé). Et pour cause, non seulement c’est glauque, poisseux, nauséabond (âmes sensibles s’abstenir, comme on dit, il y a de quoi faire des cauchemars), de bout en bout, cette sale histoire, mais en plus il y a eu de tels manquements, à tous les étages de la justice, que tout le monde (ou presque) a intérêt à ce que la poussière (et les cadavres) restent sous le tapis. Ambiance Affreux, sales et méchants… Bienv’nu chez les Ch’tis pédophiles consanguins… Il faut être allé dans le Nord-Pas-de-Calais (Boulogne, Calais pas loin…) pour comprendre de quelle faune humaine il s’agit. Les fameux « sans-dents », dont se gaussa un président prétendument socialiste. Les laissés pour compte, dit-on. Le peuple d’en bas (ou de (l’abîme), évoqué par Jack London.

 


Pharos, portail de signalement des contenus illicites de l'internet

Jean Songe ne nous épargne aucun rien (ou presque) : le crayon dans le cul qui pue de l’écolier, les godes longs comme des avant-bras des adultes, et même leur taille et leur poids, comme lors d’un matche de boxe ou de MMA. Il n’est pas question de frères et sœurs, mais de « fratries », comme on dirait une « portée », de six enfants. Avec en vedette Myriam Badaoui et Thierry Delay, qui mentent comme ils respirent. Ce qui ressort, c’est la violence extrême, dès le plus jeune âge. Les mômes sont prêts à tout pour qu’on arrête de les frapper. Quand ils sont abusés, ça finit par être moins grave que la brutalité. Ils font avec. Les adultes, eux, sont ou bien dans le déni, ou bien ils mentent comme ils respirent.


Livres de Jean Songe

Nous n’entrerons pas dans les détails ici (coucheries, viols, pornographie, pédophilie, prostitution de mineurs…). Jean Songe s’en est courageusement chargé, et de manière magistrale. Les dandys américains, dont on nous rebat les oreilles, depuis cinquante ans (de Truman Capote à Gay Talese, en passant par Tom Wolfe), soi-disant inventeurs de la « non-fiction », bref du « journalisme littéraire » (oubliant Albert Londres et consort) peuvent aller se rhabiller. Jean Songe aurait le talent (il l’a prouvé dans ses romans noirs) pour se regarder écrire, comme eux, mais il s’en tient aux faits, avec précision. On n’est plus habitué à cette rigueur, ce professionnalisme, de nos jours, ma bonne dame ! C’est pourtant le Béaba du métier.

 

Comme tout le monde (ou presque), j’en étais resté sur l’idée que les coupables étaient des victimes, et les prétendues victimes des menteurs. Le bouc-et-émissaire était trouvé (ce petit juge, Fabrice Burgaud, avec sa tête de puceau, trop jeune, dépassé pas les évènements, comme ce fut le cas pour feu le juge Lambert, lors de l’affaire Grégory). Reste le fiasco judiciaire. La gabegie médiatique. Et des enfants qui ont morflé, lesquels sont adultes aujourd’hui. 

 


Lutte contre pédocriminalité

Sont-ils suivis ? Comme on dit. Jean Songe l’a fait. En remuant ces remugles nauséabonds, il leur rend justice à sa manière rétrospectivement. Puisqu’ils leur donne (enfin) la parole. Le rôle principale de l’écrivain, disait Jim Harrison. De cette sordide affaire, il a mis en exergue, en guise d’épilogue, un conte, « imaginé » par un garçonnet de huit, qui fait froid dans le dos. Il y est question d’un « papa crocodile » qui mange « maman grenouille », ouf ! Le lendemain, c’est son ventre qui explose… A la fin, les enfants dansent et rient.

 

Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire cette enquête fouillée, écrite par un auteur qui en a… (du talent aussi). 

Guillaume Chérel

 

 

A l’ombre d’Outreau, de Jean Songe, 424 p,

Don Quichotte / Le Seuil, 22, 50 €.






Télécharger
Voyage au bout de l’enfer (du Ch’Nord), ou l'histoire du crocodile qui mange la grenouille
Télécharger et imprimer l'intégralité du texte.
A l’ombre d’Outreau.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB


icône don Paypal

Vous aimez cette chronique littéraire ? Ne manquez pas de contribuer en cliquant sur l'image située à gauche

 

Même modeste, un don sera toujours apprécié !



Écrire commentaire

Commentaires: 0